La valeur juridique du constat huissier

Dans le domaine de la justice, le constat d’Huissier de Justice a une très haute valeur juridique. En terme juridique, il s’agit de la force probante du constat. En tant que mode de preuve irréfutable, un constat d’Huissier de Justice constitue le rempart idéal pour la partie qui l’invoque. Le constat huissier est d’ailleurs l’acte le plus sûr et reconnu par les tribunaux en procédure civile.

Constat d’Huissier de Justice : l’acte authentique irréfutable

À la différence de simples actes sous seing privé, le constat fait par un Huissier de Justice bénéficie d’une authenticité. Cette qualité authentique de l’acte ou du constat d’Huissier de Justice lui est propre en raison de son statut d’officier public ministériel désigné par le ministre de la Justice (Garde des sceaux). En matière de droit, ce constat d’huissier de justice est même qualifié de « preuve parfaite ». Autrement dit, le constat d’huissier est incontestable et ne peut être réfuté que jusqu’à preuve du contraire ou dans le cadre d’une procédure d’inscription de faux. Il s’agit d’une procédure lourde et dont la mise en œuvre est assez compliquée étant donné qu’il faut démontrer la falsification de l’acte. Le constat est fait en faveur de celui qui s’en prévaut. Face à d’autres documents ou d’autres modes de preuve, le constat d’huissier de justice ne peut être écarté ou contesté. Même le juge sera dans l’obligation d’en tenir compte. Le constat d’huissier de justice appartient même à la catégorie des preuves dites « parfaites ». C’est le mode de preuve toujours admise tant au niveau des juridictions civiles et administratives.

Constat d’Huissier de Justice : un acte à la force probante

Faire appel à un Huissier de Justice pour établir un constat apporte un énorme intérêt. Cela réside avant tout dans la force probante du constat. Étant donné que c’est un officier ministériel, l’huissier de justice établit l’acte. Le constat en question bénéficie d’un caractère authentique et reste reconnu par les tribunaux. Les mentions qui doivent figurer dans un constat d’huissier de justice sont la date, le lieu, ou encore l’identité des parties. Les énonciations contenues dans l’acte font ainsi foi jusqu’à preuve du contraire. En matière de procédure civile, on peut même dire que le constat d’Huissier de Justice dispose du plus haut degré de « force probante ». Il s’agit du moyen le plus sûr pour convaincre un juge. Dans la pratique, la force probante du constat d’huissier de justice donne de l’issue à un litige en faveur de la partie qui invoque la preuve. En plus du statut d’officier ministériel de l’huissier de justice, la Loi Béteille du 22 décembre 2010 vient encore renforcer cette force probante du constat. Cette Loi stipule clairement que le constat d’huissier a une force probante indiscutable et valablement admise par les juges.

Le constat d’un Huissier de Justice et la force probante

Du fait de sa qualité d’officier ministériel, le constat d’huissier de justice, réalisé à la demande du juge ou d’un particulier, détient une force probante faisant foi jusqu’à preuve contraire. Agissant en tant qu’officier ministériel, seul l’huissier de justice est en droit d’établir des constats utilisés comme moyen de preuve juridique incontestable au cours d’un litige ou d’une procédure judiciaire ou civile. Tenu par une responsabilité professionnelle, l’huissier de justice, par ses constats, dispose de la force probante supérieure à tout autre mode de preuve. Il s’agit du mode de preuve le plus authentique, sûr, et le plus fiable valable en justice. La force probante des actes d’huissier de justice est déterminée légalement et approuvée par le juge.