Création d’entreprise : pourquoi faire le choix de la SASU

La SASU ou société par actions simplifiée unipersonnelle fait partie des formes juridiques pour la création d’une entreprise. Elle constitue une représentation unipersonnelle de la société par action simplifiée (SAS). D’ailleurs, il est possible de transformer une SASU en une SAS, si le nombre d’associés de l’entreprise devient plus important. Cet article vous informe sur les avantages de la création d’une SASU.

Le statut avantageux du dirigeant

La forme juridique choisie pour une entreprise a également des conséquences sur le statut du dirigeant. Le président d’une société par actions simplifiée unipersonnelle a plus d’avantages d’ordre sociaux et fiscaux, comparé au dirigeant d’un EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée). Un dirigeant associé de SASU est traité comme un salarié rattaché à l’URSSAF. Ce qui implique par exemple un salaire mensuel soumis à un taux de cotisations sociales de 82 % sur le net perçu. Pour votre projet d’entreprise, rapprochez-vous d’une agence juridique pour tout savoir sur la création d’une sasu.

La responsabilité limitée

Le premier avantage de la création d’une SASU est que la responsabilité de l’associé unique est limitée. Ce qui signifie que cette forme juridique permet de faire la différence entre les biens personnels et professionnels de l’associé. Ainsi, en cas d’endettement au sein de l’entreprise, vos créanciers ne seront pas en droit de saisir vos biens personnels, si la société ne détient pas les fonds nécessaires pour le remboursement. En cas de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire, l’apurement du passif ne se fera qu’avec les actifs de la société. 

La rémunération sous forme de dividendes

La création d’une SASU reste également avantageuse pour ceux qui désirent se verser des dividendes. Le dirigeant de l’entreprise peut, en effet, s’octroyer des bénéfices annuellement sous cette forme, une fois que les comptes sont clôturés. Ces gains sont soumis aux ponctions sociaux de 17, 2 % au titre de la CSG/CRDS et à l’impôt sur le revenu (flat-tax ou tranches marginales). De ce fait, si vous exercez une activité salariale en parallèle impliquant une cotisation, cette forme juridique peut vous être profitable.